Ville de Morsang sur Orge

Tranquillité publique : un Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance vient d’être installé

clspd

CLSPD. Derrière cet acronyme se cache un acteur essentiel dans le bien vivre ensemble : le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance. Son objectif ? Lutter contre l’insécurité et favoriser les échanges entre les acteurs de la tranquillité publique. À Morsang, il prend forme. Le premier conseil s’est réuni le lundi 22 novembre en présence notamment de Madame le Maire, du Commissaire de Police, du Procureur de la République, des services de l’État et de tous les acteurs de notre territoire. Décryptage. 

 

Qu’est-ce que le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance ? 

Communément appelé CLSPD, cette instance a pour objectifs, comme son nom l’indique, la prévention et la lutte contre la délinquance. Ensemble, tous les acteurs des secteurs concernés, qu’ils soient publics ou privés, communiquent et réfléchissent à des objectifs pour préserver la sécurité et la tranquillité publiques sur un territoire. 

Présidé par Madame le Maire, il est composé : 

  • de membres de droit : Préfet de l’Essonne, Procureur de la République, Président du Conseil Départemental de l’Essonne, Président de Cœur d’Essonne Agglomération ;
  • de représentants des services de l’État : Commissaire de Police, Inspecteur d’Académie, Directeur Départemental de la Cohésion sociale, Directeur territorial de la Protection Judiciaire de la Jeunesse ;
  • d’élus de la commune désignés par le Maire : les délégués à la tranquillité publique, à la petite enfance, enfance et éducation, à la solidarité, retraités et insertion, à l’urbanisme et environnement, à l’innovation, numérique et jeunesse ainsi qu’un élu d’opposition ;
  • de représentants d’associations : Mission Locale, Pôle emploi, Territoire d’action sociale du Conseil Départemental, association de la prévention spécialisée du territoire CEPFI, association d’aide aux victimes du département de l’Essonne MEDIAVIPP 91 et des bailleurs sociaux (Immobilière 3F, CDC Habitat, Essonne Habitat, Antin résidence) ainsi que les opérateurs de mobilité (Transdev, Tice, Daniel Meyer). 

Quels sont les axes prioritaires ? 

Le CLSPD se base sur le diagnostic fourni par les forces de l’État et le pôle Tranquillité publique de la Ville. A la lumière de ces éléments (consultables sur le site www.morsang.fr), quatre axes de travail ont été définis. 

1er axe : la prévention
de la délinquance
L’objectif est ici de lutter efficacement contre :

  • Les cambriolages ;
  • Les trafics de stupéfiants ;
  • Les squats ;
  • Les phénomènes de bandes.

2e axe : la lutte contre les violences faites aux femmes, les violences intrafamiliales et l’aide aux victimes 

Il s’agit dans ce volet d’agir en amont et prévenir :

  • Les violences domestiques (coups, violences psychologiques, viol conjugal, féminicide) ;
  • Le harcèlement ou agression sexuelle (viol, avances sexuelles non désirées, harcèlement dans la rue, cyber-harcèlement) ;
  • Le mariage précoce et forcé ;
  • Le trafic d’êtres humains (esclavage, exploitation sexuelle). 

Cet axe inclut l’accompagnement des victimes et la facilitation de leur prise en charge. 

3e axe : la lutte contre les atteintes à la tranquillité publique Le but de cet axe de travail est de rétablir la tranquillité publique au quotidien, en mettant les places des moyens concrets permettant de lutter contre : 

  • Les nuisances et les troubles à l’ordre public ; 
  • Les regroupements de personnes troublant l’ordre public ;
  • Les véhicules épaves.
    4e axe : la prévention de la radicalisation
    L’objectif est d’inscrire la ville dans le Plan National de Prévention de la Radicalisation (PNPR) afin de :
  • Prémunir les esprits face à la radicalisation ;
  • Compléter le maillage détection / prévention ;
  • Comprendre et anticiper l’évolution de la radicalisation ;
  • Professionnaliser les acteurs locaux et évaluer les pratiques. 

Les prochains RDV du CLSPD 

Les comités techniques, chacun en charge d’un axe de travail, se réuniront au fil des semaines pour définir et mettre en œuvre les moyens humains et financiers nécessaires aux actions à mener. Une séance plénière sera organisée chaque année pour rendre compte des avancées de chaque comité technique et valider les actions retenues. 

Le mot de… M. JUY-BIRMANN 

Procureur de la République adjoint au Tribunal judiciaire d’Évry 

« Je me réjouis de cette première réunion qui m’a permis de découvrir les problématiques de sécurité de Morsang-sur-Orge. C’est indispensable pour nous parce que nous voyons toujours le côté répressif de l’institution judiciaire mais il ne faut pas oublier qu’il y a aussi tout un volet de prévention de la délinquance qui est absolument indispensable et ça ne peut fonctionner qu’avec un partenariat très étroit avec les collectivités territoriales. L’État n’est pas seul pour, aujourd’hui, lutter contre les phénomènes que nous pouvons rencontrer, qu’il s’agisse de délinquance des mineurs, des trafics de stupéfiants, des violences faites aux femmes… Donc c’est important que l’on ait ces moments d’échanges. Cela permet de faire un diagnostic, qu’il soit partagé, et de faire connaître les bonnes pratiques qui existent pour lutter contre ces phénomènes sur le département. » 

 

 

Facebook
Retour haut de page