Le mur du stade habillé aux couleurs de la fraternité

« Résistance ». Le 27 mai dernier, à l’occasion de la journée nationale commémorant la résistance, des citoyen(ne)s de nos 8 quartiers ont décidé de prendre le crayon pour réaliser, ensemble, une fresque aux couleurs de la fraternité.
Retrouvez ci-dessous le discours du maire lors de son inauguration, le 9 janvier 2016.



  • Retrouvez l’album photos de cette matinée d’inauguration de la Fresque de la Fraternité : cliquez ici !

Nous avions fixé ce rendez-vous le 27 mai dernier. C’était à l’occasion de la journée nationale commémorant la résistance. Nous rendions alors hommage à toutes ces femmes et ces hommes, qui s’étaient dressés contre l’occupant et la barbarie nazis. Au péril de leur vie, ils avaient refusé de se plier à leurs injonctions. De se vautrer dans la collaboration. Alors que rien ne les y prédestinaient, ils sont devenus des combattants et des héros. Des résistantes et des résistants. C’est à partir de leur épopée que le mot de « résistance » a pris chez nous cette dimension chargée de tant de symboles.

Et c’est la raison pour laquelle, de lui même, ce mot s’est imposé dans les esprits en réaction aux actes terroristes qui avaient décimé la rédaction de Charlie hebdo et semé la mort à l’épicerie casher début janvier 2015. Par millions les Français ont dit Non ! à l’obscurantisme, à l’intégrisme et aux idéologies de haine. Ils ont dit non à la division des Français selon leur confession ou leur origine. Nous avions alors décidé de ne jamais oublier. D’habiller ce mur des couleurs de toutes les résistances à toutes les formes d’oppression. Et donc aux couleurs de la vie et de la fraternité.

Depuis, mesdames et messieurs, aux dates des 7, 8 et 9 janvier, s’est ajoutée celle fatidique du 13 novembre 2015. Sidérée, la France et le monde, presque en direct, revivaient au centuple le cauchemar. Des fanatiques dépourvus de la moindre once d’humanité, des criminels abjects, n’ont pas fait de détail. À l’aveugle et méthodiquement. Ils ont tué tant qu’ils le pouvaient. L’effroi et la colère restent en nous. L’année 2015 sera à jamais l’année de l’infamie. Elle témoigne des menaces qui mettent en péril la marche du monde et des sociétés. Notre humanité vit une période charnière. Des dizaines de conflits armés ou d’interventions militaires menacent d’embraser la planète. Le Proche et le Moyen Orient en restent l’épicentre.

Les tentations xénophobes et les replis communautaires s’installent. Partout en Europe des murs et des barbelés s’érigent. Et les extrêmes droite gagnent en influence et gangrènent les relations humaines. L’idée même que « les hommes naissent libres et égaux en droit » est remis en cause. Et tout cela sur fond de montée des inégalités sociales et des précarités d’existence.

C’est dire s’il est temps de réagir. De ne plus céder un pouce de terrain à ceux qui ont déclaré la guerre à la fraternité et à l’égalité entre les hommes. C’est le choix que nous avons fait à Morsang. Tout ce que nous entreprenons a cette fonction. Toutes nos initiatives sont conçues pour faire tomber les préjugés et faire reculer les préventions. Tout ce qui est en notre pouvoir est fait et sera fait, pour que les Morsaintois construisent entre eux des rapports riches de relations solidaires et fraternelles. Car parler « des autres » c’est ce que nous faisons régulièrement. Mais parler « aux autres » c’est ce que nous faisons insuffisamment. Et pourtant si nous le faisions, toutes et tous, beaucoup plus, ce serait déjà un formidable moyen de mieux se comprendre et se respecter dans nos différences.

Au fond, la fresque qui va être dévoilée dans quelques minutes est la traduction de cette ambition. Il fallait garder en mémoire les actes odieux qui ont frappé le pays. Et nous voulions y parvenir à la manière de Morsang. C’est à dire en faisant appel à l’implication des habitants eux-mêmes. D’où l’idée, venue de la coordination des Comités de quartier, de réaliser cette fresque, en faisant appel à toutes les bonnes volontés participatives. Des dizaines de Morsaintois de tous âges et de toutes origines se sont retrouvés. Ils l’ont fait autour d’un projet commun. Et avec au c½ur un même désir d’exprimer concrètement leur attachement aux mêmes valeurs d’humanité. Ce faisant, en se côtoyant ainsi durant des mois, qu’ont-ils fait d’autre, sinon d’apprendre à se connaître et à s’apprécier ?

Nous allons donc dévoiler le résultat de cette ½uvre commune. Elle est illustrée, comme un pied de nez à tous les ignorants, majoritairement par des dessins de presse. Merci à tous les Morsaintois qui ont contribué à sa réalisation. Merci à Jean-Paul Fitelli, notre directeur de l’école d’art qui les a patiemment accompagnés. Merci aux différents services municipaux qui ont apporté leur pierre à l’édifice.

Morsang-sur-Orge, le 9 janvier 2016



« juillet »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6


Mairie de Morsang :
Square Alexandre-Christophe
BP 4 - 91390 Morsang-sur-Orge

Tel. : 01 69 25 39 00
Fax : 01 60 16 99 98

Horaires :

Lundi, mardi et vendredi :
8 h 30 - 12 h 00 / 13 h 30 - 18 h 00

Jeudi :
8 h 30 - 12 h 00 / 13 h 30 - 19 h 00 (sauf Etat civil : 18 h 45)

Mercredi et samedi :
8 h 30 - 12 h 00 (sauf Etat civil : 11 h 45)


  Webmestre Informations légales Crédits Accessibilité